Le blog de SAMIA LAMINE

ثوري! - نزار قباني / Révolte-toi! - Nizar Kabani. (Traduit par Samia Lamine)

Le blog de SAMIA LAMINE - 2012-08-09 11:00:00

Ce poème est extrait du recueil de Nizar Kabani "Journal d'une femme indifférente". Dans cette oeuvre écrite en 1968, après la défaite de 1967 (La Naksa), le poète exprime sa révolte et sa colère contre l'orient de la supersition et de l'ignorance ... contre un orient paralysé et menacé de[...] [...]
Le blog de SAMIA LAMINE

Ma mère- Marcel Khalifa/ Mahmoud Darwich. (ommi)

Le blog de SAMIA LAMINE - 2012-05-22 13:25:00

Je poste dans cet article ma première création de vidéo. Une expérience très passionnante vue le plaisir que procurent la musique, la poésie, la traduction et la création des vidéos. Mais la beauté de l'expérience ne se limite à la recherche du plaisir, elle grandit en fonction de l'objectif[...] [...]
Le blog de SAMIA LAMINE

"Room" poème d'Ashref Kerkeni traduit de l'arabe par Samia Lamine.

Le blog de SAMIA LAMINE - 2012-01-26 19:17:00

ROOM. (1) Quelle prunelle peut se dilater Jusqu’à cette blessure Dans laquelle pleure le pied du sens Pourquoi une mère peut-elle hennir à son enfant : « L’œil ne s’élève pas au-dessus des sourcils » (2) Mets ton illusion sur terre… Et calme-toi… Un œil rêveur peut tomber dans le room de[...] [...]
Le blog de SAMIA LAMINE

Coquillage de la séparation.( Achraf Kerkeni) Traduit de l'arabe par Samia Lamine.

Le blog de SAMIA LAMINE - 2012-01-07 19:00:00

Coquillage de la séparation Oh coquillage de la séparation…je t’en conviens … nom de dieu… ne t’approche pas Je suis jeune… Et étranger dans les villes de la mer Et je crains ses petits détails Et je crains les noyades… Mes yeux… conservent des temps… de larmes Bien que tu sois enveloppé du sel[...] [...]
Le blog de SAMIA LAMINE

A mon frère. (Poème de Abou kacem Chabbi traduit de l'arabe)- الى ابن أمي. ابو القاسم الشابي

Le blog de SAMIA LAMINE - 2011-03-16 17:54:00

A mon frère. ( Abou Kacem Chabbi- 1929.) Tu es né libre comme le spectre de la brise Et libre comme la lueur de l’aurore dans le ciel Pour gazouiller comme les oiseaux où qu’ils s’envolent Et chanter ce que Dieu a voulu révéler Et pour gambader entre les[...] [...]